24 Avr 2017

Toulouse – Des bureaux plein centre à l’ombre des bambous

toulouse elipsys

«C’est l’immeuble de la ténacité», résume Fabienne Lafon, directrice du développement Occitanie du groupe Duval. Cette entreprise familiale dont le siège se trouve en région parisienne, dirigée par Eric Duval et sa fille Pauline, de 2 500 employés et 700 millions d’euros de chiffre d’affaires, est promoteur investisseur exploitant.

Elle se revendique numéro 1 du golf par sa filiale Ugolf (51 golfs en France dont Seilh, Téoula et la Ramée) et des centres commerciaux (un million de m2 en patrimoine), numéro 2 européen des résidences de tourisme (380 dans le monde sous la filiale Odalys) et numéro 3 de la gestion immobilière avec Yxime.

À Toulouse, le groupe Duval vient donc d’investir 31 millions d’€ dans la construction d’Elipsys, immeuble de près de 10 000 m2 de bureaux (5 à 7 étages maxi). Une construction qui a toute une histoire, évoquée par la responsable régionale du groupe Duval. Ce double bâtiment en forme de T situé 8-10, rue des 36-Ponts, a été édifié à l’emplacement de l’ex collège Montalembert, qui a quitté les lieux, suite aux dégâts causés par AZF, pour s’installer à Lespinet en 2012.

Après des fouilles archéologiques qui ont mis au jour 460 squelettes du 1er au XIVe siècle (le site était le siège d’une nécropole antique et médiévale considérable), un chantier d’un peu plus d’un an a donné naissance fin 2016 à l’immeuble de verre à double peau énergétique, recouvert en partie de brise-soleil en bambou et dessiné par l’architecte toulousain Pierre-Louis Taillandier. «Une qualité architecturale relevée par la qualité experte des occupants», selon Fabienne Lafon, qui évoque l’installation prochaine du siège régional de la Cogedim en rez-de-chaussée ou d’Urbis, deux concurrents promoteurs de Duval.

Le bâtiment idéalement situé en centre-ville, à proximité du métro Palais de Justice et du terminus du tram (avec liaison directe à l’aéroport), abritera aussi le siège d’Astia, médecine du travail, sur un site où, curieux retour d’Histoire, furent enterrés au Moyen-âge de nombreuses victimes de la Peste. Alors que l’immeuble vient d’être livré et inauguré fin mars, 1 500 m2 de bureaux seulement sont encore disponibles à la vente sur les 9 705 m2 de bureaux neufs construits. Tout le reste a été vendu à des investisseurs, dont l’important groupe La Française, qui louent les locaux aux entreprises (avec notamment un cabinet d’avocats sensible à la proximité du palais de justice).

Les derniers bureaux disponibles (un espace d’une superficie inédite en centre-ville) peuvent être vendus séparément en lots de 350 m2 minimum, des plateaux traversants (avec larges baies vitrées donnant côtés rue et jardin). Le tarif de location sur le marché du bureau neuf de centre-ville à Toulouse (produit rare) est autour de 195 € le m2. L’immeuble respecte la norme la plus exigeante en matière énergétique et thermique (NF-HQE- BBC) et possède plusieurs terrasses panoramiques accessibles depuis les bureaux. 191 places de parkings sont répartis en deux niveaux souterrains.

%d blogueurs aiment cette page :